vendredi, 10 septembre 2010

L'art grotesque

 

Voici quelques textes trouvés sur des sites que je vous incite à aller visiter !!!

GROTESQUE

Cet adjectif et nom est un terme de beaux-arts. Emprunté à l'italien grottesca, signifiant " fresque de grotte ", le mot est attesté comme substantif en 1532 pour désigner un "ornement capricieux", puis au milieu du XVIe une " figure caricaturale ou fantastique ". En 1694 , puis en 1762, dans le Dictionnaire de l'Académie française, il est relevé avec le sens qu'il a dans le domaine des beaux-arts: "adjectif, il se dit des figures imaginées par le caprice du peintre, dont une partie représente quelque chose de naturel et l'autre quelque chose de chimérique" ...Dans les Essais , Montaigne écrit d'un peintre : " Le vide tout autour, il le remplit de crotesques, qui sont peintures fantasques, n'ayant grâce qu'en la variété et étrangeté "...

Vous pouvez voir la suite de ce texte sur le site indiqué ci-dessous;

http://nouvellelanguefrançaise.hautetfort.com/archive/200...

" ...C'est justement parce qu'on voit tout que la scène est aussi étrange : tout est devant nous et pourtant nous n'y comprenons rien . Dans ce monde transparent, nous ne pouvons pas imaginer quelque chose , derrière, qui puisse donner un sens au dispositif absurde du premier plan ..."

"...Les grotesques mettent à l'épreuve, stimulent et au bout du compte ridiculisent notre volonté de tout comprendre ..."

Suite du texte sur le site ci-dessous

http://bloc-notes.thbz.org/archives/2006/10/grotesques.html

 Bonne lecture

A BIENTOT

00:33 Écrit par Alain Boulanger | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

jeudi, 09 septembre 2010

Voici quelques unes de mes gouaches

J'ai mis sur mon blog  quelques images de mes gouaches . Pour les voir , cliquez à gauche sur mes albums ( portraits, toréadors etc... ). J'aimerais  avoir vos avis à tous et  à toutes . ALORS, n'hesitez pas , j'attends vos commentaires , vos réactions  , ce que ça évoque pour vous,  etc.... J'accepte tous les commentaires

A bientôt

 

23:59 Écrit par Alain Boulanger | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |